VICHY, un peu d’histoire et d’architecture

Une histoire d’eau !

Coucher de soleil et feux d’artifice un 15 août, au bord de l’Allier.

DSCN3699

(Pensez à cliquer sur les photos pour les agrandir)

Vichy, à quelques kilomètres au nord-est de Clermont Ferrand et de la chaîne des Puys

DSCN3697

La ville des sources.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Déjà connue des Romains, Vichy devient au Moyen-Âge une petite ville fortifiée. Par acte du 2 septembre 1344, Jean II le Bon, roi de France, cède au duc Pierre Ier de Bourbon la châtellenie de Vichy. Après l’acquisition du 6 décembre 1374 de la dernière part du château  par Louis II de Bourbon, Vichy est rattaché au Bourbonnais. En 1410, le couvent des Célestins est fondé avec douze religieux. Un bâtiment situé au-dessus de la source des Célestins est encore visible.
En 1527, le Bourbonnais est rattaché à la Couronne de France, après les différends qui opposaient François 1er et sa mère Louise de Savoie au dernier Connétable de Bourbon, Charles III. C’est vers cette époque – approximativement entre 1524 et 1555 – qu’un pont est construit à 100 m en amont de l’actuel pont de Bellerive. Les pilotis encore visibles sont la plupart du temps immergés par la retenue du lac d’Allier réalisée entre 1959 et 1963.
La prospérité de Vichy date d’Henri IV. Dès la fin du XVIè siècle, les curistes viennent s’y soigner, les eaux acquièrent rapidement une réputation quasi miraculeuse. Certains intendants inaugurent une codification des cures et donnent un grand lustre à la station en y attirant des personnalités importantes.
Depuis, son histoire se résume aux baigneurs illustres qui y séjournèrent, hormis la triste période de la seconde guerre mondiale durant laquelle le gouvernement du Maréchal Pétain s’y installa.
De Madame de Sévigné aux filles de Louis XV, Mesdames Adélaïde et Victoire, de Marie- Laetitia Bonaparte, mère de Napoléon 1er qui créa le parc des Sources, jusqu’à Napoléon III qui vint à plusieurs reprises, ce qui accrut la fréquentation de la ville pour sa station thermale très en vogue. On vit se construire des chalets au bord du parc, dont celui de l’empereur et de sa suite. Nombre de maisons bourgeoises et hôtels particuliers aux façades richement travaillées et décorées donneront un nouvel aspect aux alentours des thermes jusqu’au début du XXè siècle.
Le parc de l’Allier a été créé à l’initiative de Napoléon III. Une digue le borde et le protège. En aval de la ville, un pont-barrage a été construit afin de créer un large plan d’eau, le Lac d’Allier, qui offre la possibilité d’organiser des sports nautiques.
La Station comprend le Grand établissement Thermal et l’établissement Callou à l’extrémité nord du parc des Sources, et la source Vichy-Célestins, vers le sud, le long du parc de l’Allier.
Il existe quatre sources d’eau chaude dont trois jaillissent dans le hall des sources : La Grande Grille, Chomel, Lucas. La quatrième, l’Hôpital, jaillit dans une rotonde située près du casino. Le Hall des sources a été réaménagé en 1977, et depuis toutes les sources arrivent dans ce bâtiment.

DSCN2943

Parc des Sources en hiver

Le buste de Napoléon III

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

DSCN3693

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

L’opéra.

Les galeries, les kiosques…

Et le Hall des Sources

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

DSCN2941

DSCN2936

(Désolé, il faut une loupe !)

Après le Second Empire, la Belle Époque marque la seconde grande campagne de construction de Vichy. En 1903 sont inaugurés l’opéra, de style Art nouveau, le hall des sources et le grand établissement thermal de style oriental, Thermes des Dômes, dont le hall est décoré par le peintre Alphonse Osbert de 1902 à 1904.
En 1900, le Parc des sources est ceinturé d’une galerie couverte métallique. Longue de 700 mètres, elle est ornée d’une frise de chardons et fut réalisée par le ferronnier Émile Robert.

DSCN2921

Le Centre thermal des Dômes (aujourd’hui Thermes des Dômes) est construit entre 1899 et 1903 à partir de plans établis par Charles Le Cœur et Lucien Woog. En grès, le bâtiment de style mauresque long de 170 mètres s’étend sur un terrain de trois hectares. L’extérieur, notamment le dôme, est habillé de mosaïques au camaïeu bleu et or, d’Alexandre Bigot. Le hall comporte deux peintures d’Alphonse Osbert, La Source (1903), une fresque représentant des personnes buvant à une source, et Le Bain (1904), de style symboliste. Des escaliers, dans le hall central, créés par le ferronnier Émile Robert conduisent à des balcons.

DSCN2922

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

 

 

DSCN2926

DSCN2929

DSCN2923

Hôtel proche des Thermes des Dômes

Constructions avant 1861 :
Le patrimoine architectural de la ville est récent (XIXè et XXè siècles) mais quelques vestiges antérieurs ont néanmoins subsisté. C’est le cas de la borne milliaire, présentée aux Thermes des Dômes. En arkose, haute de 2,35 mètres, elle date de 248-249 et fut retrouvée en 1880 près des Thermes des Dômes.
– Le couvent des Célestins, situé dans le parc des Célestins, a été construit en pierre au XVè siècle. C’est en avril 1410 que Louis II, duc de Bourbon, a signé l’acte de fondation du monastère de religieux célestins. À côté du bâtiment étaient prévus une bibliothèque, un logement seigneurial et des jardins. De bonne réputation, le monastère recevait d’importants revenus et les moines s’enrichissaient. C’est pourquoi l’abbaye fut supprimée par une bulle du pape en 1777 ainsi que par une ordonnance du roi Louis XV en 1778. Elle servit ensuite de mairie avant d’être vendue comme bien national en 1793. Le bâtiment fut démoli à partir de 1795, il n’en reste plus que des vestiges.
– Le Castel Franc, situé boulevard Kennedy, a été construit en pierre à la fin du XVè siècle sur les anciens remparts de Vichy. La demeure fut la propriété de la même famille depuis le XVIè siècle De 1801 à 1822 le Castel Franc a accueilli la mairie de Vichy. La façade a été refaite dans le style néo-gothique en 1880.
– Le pavillon Sévigné (boulevard Kennedy) date du XVIIè siècle. En 1676 et en 1677 la marquise de Sévigné a suivi une cure à Vichy pour soigner ses rhumatismes aux mains et elle logeait dans la partie ancienne de la demeure (dans le bâtiment en chaînage et en pierre de Volvic).

L’église Saint-Blaise, sise place de la Vieille-Église, est construite en pierre de Volvic. Le chevet rappelle son origine romane. Au XVIè siècle elle a été rattachée à la chapelle du château. Elle abrite les sépultures de la bourgeoisie et des intendants des eaux de la ville. Le curé de l’église l’a fait remanier fortement à partir de 1873 (porche néo-classique).
L’église a été construite à partir du XVIIè siècle. Elle se substitue à un édifice datant de l’époque mérovingienne Sainte-Croix détruite au Xè siècle et reconstruite au XIIè siècle.
La construction de la nouvelle église Saint-Blaise, sur la chapelle Saint-Michel du château de Vichy, est lancée en 1672 par l’abbé Claude Mareschal. Sa construction est achevée en 1714 par l’abbé Joseph Mareschal qui y est enterré à son décès le 15 juillet 1725. Sa dalle funéraire, présente dans le chœur, est classée Monument historique au titre objet le 30 août 1924.
L’église abrite une « Vierge noire » en noyer, vénérée pour ses miracles et promenée en procession tous les 15 août.

DSCN4650

– La maison Bardon, rue de la Porte de France, construite en pierre de Volvic au début du XVIIè siècle, a appartenu à la famille Vict de Pontgibaud aux XVIè et XVIIè siècles, puis à la famille Bardon au XVIIIè siècle.
– La maison des Vict de Pontgibaud (rue d’Allier) a été construite au début du XVIè siècle. Les Vict de Pontgibaud y résidèrent de 1598 jusqu’au milieu du XVIIIè siècle.
– La maison natale d’Albert Londres, sise au croisement des rues Besse et de la Porte-Saint-Jean, date du milieu du XIXè siècle. Elle est actuellement à l’abandon.
– La villa Strauss (4 rue de Belgique), en brique, est due à l’architecte Hugues Bartillat. Bâtie en 1858, de style néo-Louis XIII, elle devait accueillir le chef d’orchestre Isaac Strauss. Napoléon III y habita en 1861 puis en 1862 car les chalets impériaux, où il devait résider, étaient encore en construction.

Influence de Napoléon III à Vichy : 1861-1870 :
Les séjours réguliers de l’empereur Napoléon III à Vichy (à partir de 1861) le décidèrent à aménager la ville, qui connut alors un véritable boom urbanistique, marqué par la construction de nombreux bâtiments de prestige. Le trajet Paris-Vichy fut facilité par la construction de la gare en 1862. Le premier train y pénétra le 8 mai 1862. Les verrières protégeant les quais sont de style Art nouveau. La gare fut agrandie en 1977 puis restaurée en 2009. Pour ce qui est des résidences privées, ce sont des chalets qui furent construits. Les plus prestigieux se trouvent sur le boulevard des États-Unis. Ils sont dus à l’architecte Jean Lefaure et sont faits de briques et de bois.
– Le chalet Marie-Louise (n° 109), construit en 1863 est le premier que l’empereur commanda à Vichy. Il n’y habita qu’une saison à cause des balcons qui, donnant sur la rue, nuisaient à son intimité.

DSCN3631

DSCN3641

DSCN3643

– Au 109 bis, se trouve le chalet de Clermont-Tonnerre, construit en 1863 en brique et bois par Jean Lefaure pour le capitaine de Clermont-Tonnerre, qui assurait la sécurité du souverain.

– Le chalet de l’Empereur, au n° 107, fut construit en 1864, pour remplacer le chalet Marie-Louise comme résidence de Napoléon III. Le balcon donnait donc sur le parc.

DSCN3636

DSCN3642

DSCN3640

-Le Chalet Eugénie au 103.

DSCN3639

– Le chalet des Roses, au n° 101, fut bâti en 1864 pour le ministre des Finances de 1861 à 1867, Achille Fould. Il s’inspirait de l’architecture suisse et américaine.

DSCN3652

– La rue Alquié comporte des logis destinés à la garde, avec une influence londonienne.
– Avenue Aristide-Briand se trouve le chalet des suppliques, construit en 1864-1865, et logis du gardien du parc Napoléon sur lequel donnent les chalets du boulevard Kennedy.
– Le parc Napoléon-III fut embelli en 1861 et 1862 par la plantation d’arbres réalisée par l’horticulteur Joseph Marie. Une rivière artificielle coulait au milieu du parc, remplacée actuellement par deux bassins. D’autres types de bâtiments furent érigés.

L‘église Saint-Louis, est bâtie avenue Paul-Doumer en pierre de la Nièvre en 1864, sur demande de l’empereur Napoléon III, par un décret du 27 juillet 1861, à la suite de sa première cure. Elle avait pour objectif de desservir une paroisse nouvellement créée à Vichy (Notre-Dame des Sources) pour tenir compte de l’accroissement de la population de la commune. C’est l’architecte d’État Jean Lefaure qui fut chargé de la conception, comme celles de l’Hôtel de Ville et des quelques “Chalets de l’Empereur”. De style romano-bourguignon, sa façade avec baies en plein cintre et rosace rayonnante rappelle le style gothique de transition.

DSCN2907

À l’intérieur, on note la présence de vitraux à la gloire de la famille impériale avec des représentations de saints dont les noms sont ceux de membres de la famille Bonaparte.

Autour du Christ « Salvador mundi« , portant un globe crucifère bleu et bénissant, se trouvent les saints Joseph, Eugène, Jean, Louis, Charles et Napoléon ( un légionnaire mort en martyr) ainsi que sainte Hortense et sainte Eugénie.

Entre 1913 et 1918, le peintre symboliste Alphonse Osbert réalisera trois décors pour le chœur dont deux sont inspirés de l’œuvre de Puvis de Chavanne. Dans le troisième, il évoque un passé révolu et idéalisé.

DSCN2888

DSCN2896

DSCN2904

Dans la nef, cette sculpture de Raymond Rivoire, représentant le roi Saint-Louis en habit de croisé, la Couronne d’épines posée sur son épée.

DSCN2893

Cet orgue a été installé en 1990 par Bernard Aubertin, il succède aux deux précédents.

En 1961, le chanoine Côte commandera deux grandes toiles à l’artiste vichyssoise Josette Bournet qui seront reléguées dans les combles par ses successeurs avant d’être données en 2006 à l’église Sainte-Bernadette-des-Garets.

– Le casino (actuellement palais des Congrès) fut construit en 1865 en pierre par l’architecte Charles Badger. Il comportait un théâtre, une salle de bal, un salon de lecture et une véranda. En 1995, Jean-Guilhem de Castelbajac, Frédéric Namur et Guy Degranchamps en firent un palais des congrès. La façade Sud qui donne sur la rue du Casino est de style néo-Louis XIII. La façade nord, qui donne sur le parc, est de style néo-baroque. Elle comprend une partie centrale et deux avant corps comportant chacun quatre cariatides représentant les saisons et surmontées chacune d’un fronton, comportant une horloge (à gauche) et un baromètre (à droite). En 1901 le casino fut agrandi par un bâtiment en pierre dû à l’architecte Charles Le Cœur qui ajouta au casino des salons, des déambulatoires, un grand hall et un théâtre. La salle de théâtre comporte environ 1 400 places. La chute du Second Empire ne mit pas un terme à la fréquentation de Vichy par les gens fortunés, qui construisaient dans la ville.

– Le pont de Bellerive « Pont de Vichy » permettant d’accéder à la commune de Vesse (Bellerive-sur-Allier depuis 1903) a été ouvert à la circulation en 1870. En 1669, la traversée de la rivière s’effectuait par bac. Un pont fut construit en 1833, mais détruit par la crue de la rivière Allier en 1835. Le pont a alors été reconstruit pour une ouverture le 17 mars 1838, mais une autre crue l’a détruit le 27 septembre 1866. Le 20 mai 1870, le pont en fonte a été construit par l’architecte Jean-François Radoult de Lafosse, est ouvert à la circulation mais n’est inauguré que le 11 septembre 1932.

De 1870 à 1944 :

Au croisement du boulevard de Russie et de la rue Alquié se trouve un bâtiment construit en 1884 et surmonté d’une tourelle qui lui donne son nom, le tout étant dû à l’architecte Honoré Vianne.
– Le Castel Alameda, au croisement des avenues Eugène-Gilbert et des Célestins, est de l’architecte Henri Décoret qui lui donne un style néo-gothique, et date de 1890.
Même style et même architecte pour la villa Le Bocage (10 avenue des Célestins) bâtie en 1890.
– La villa vénitienne est toujours d’Henri Décoret. Construite en brique en 1897, rue de Belgique, cette demeure est une copie miniature de la Ca Giustinian de Venise.

DSCN3667

DSCN3670

DSCN3673

DSCN3664

Immeuble voisin de la Villa Vénitienne.

– En 1898 Ernest Mizard, architecte, érige le castel flamand, une maison en brique sise au croisement de la rue Alquié et du boulevard de Russie qui s’inspire de la fin de la période gothique et du début de la Renaissance flamande. La toiture brûle en 1933. Entre 1940 et 1944, ce bâtiment est occupé par le secrétariat aux Postes et Communications.

DSCN3649

DSCN3662

DSCN3657

– Rue de Longchamp se trouve la villa Yvonette due à Antoine Chanet, qui en est aussi le propriétaire, et au sculpteur Julien Fugier (qui orne la façade). Construite en 1899, elle est en brique et en pierre.

– La très parisienne rue Hubert-Colombier, autrefois rue privée, est bordée de belles villas de tous styles, la plupart classées ISMH :
Villa Victor-Hugo de l’architecte Antoine Percilly, en pierre et brique et de style néo-Louis XIII (n° 5)
Villa Van Dyck, du même architecte, en brique, inspirée de la Renaissance flamande (n° 9)
Villa Jurietti (un hôtel particulier) construite entre 1895 et 1897 par Despienne, en pierre et de style néo-Renaissance (n° 11)
Villa Art nouveau, par Antoine Percilly, appartient toujours à la famille Colombier ; Impressionnante villa située au n° 12 (1900), surmontée d’une rotonde en ardoise, a été récemment ravalée, ce qui a permis de retrouver la blancheur originelle de la pierre (elle aurait abrité l’ambassade du royaume de Siam pendant la Seconde Guerre mondiale)
Le chalet du gardien est construit en 1896 par Honoré Vianne en brique et en bois au croisement des rues Hubert-Colombier et du Maréchal-Foch.

– La villa Anne-marie, située rue Albert-Londres, est l’œuvre de l’architecte Paul Martin, qui y habitait. Il la fait construire en 1902 en brique et en pierre. L’architecte Henri Vianne disposait lui aussi d’un hôtel particulier, rue Roovère, construit entre 1887 et 1890.
– L’Alhambra est construite en 1898 par Antoine Percilly, rue Sornin. Elle est de style mauresque avec des stucs verts et bleus qui copient ceux de la porte de la justice à l’Alhambra de Grenade.
– Le Castel gothique, situé au 25 Bd de Russie, est construit en pierre et en brique en 1910 par Samuel Henriquet. Le bâtiment se caractérise par son style gothique.

DSCN3675

– Voisin du Castel Gothique, la Villa du Caucase.

– La villa Art nouveau, rue de Strasbourg, est construite au début du XXè siècle en pierre dans un style Art nouveau.

– La villa du docteur Frémont, de style néo-classique, date de la fin du XIXè siècle (7 rue Prunelle).

DSCN3626

-Au numéro 8, face à cette villa, une autre maison de caractère.

DSCN3627

DSCN3630

Vue sur la rue Alquié qui croise la rue Prunelle.

– La villa Messidor, rue de Verdun, de l’architecte Adrien Dacq date du début du XXè siècle.
– La villa mauresque, boulevard Carnot, bâtie en 1906 par les architectes Henri Décoret et Antoine Percilly, est d’influence orientale.
– La villa du docteur Maire, construite en 1911 par Samuel Henriquet entre la rue du Golf et le quai d’Allier, en calcaire et en granit, possède une tourelle avec mâchicoulis, d’influence néo-gothique.
– En 1881 le docteur Lejeune (1848-1905) fait construire un établissement de soins (16 av. Thermale) à la façade néo-baroque.
– Le Hall de la source des Célestins date de 1908. En stuc, en pierre et en bois, il est dû à Lucien Woog. Il est de forme ovale et composé d’arcades en plein cintre. Il abrite une vasque par où sort la source des Célestins.
– Le Hall des sources, qui se trouve dans le parc des sources, est en fer et en bois, construit en 1902, il a été réaménagé en 1977.
– Le centre thermal des Dômes (aujourd’hui Thermes des Dômes), situé à proximité du Palais des Sources, est construit entre 1899 et 1903 à partir de plans établis par Charles Le Cœur et Lucien Woog.

Des édifices religieux sont aussi construits:

– Accolée à l’église Saint-Blaise devenue trop petite, Notre-Dame des malades, de style Art déco, est construite grâce à l’action de son curé, l’abbé Jean-Baptiste Robert, de 1925 à 1931 et bénie par l’évêque Mgr Gonon.

DSCN4685

Située rue d’Allier, adossée à l’église Saint-Blaise, elle est bâtie par les architectes Antoine Chanet et Jean Liogier. En béton, l’église possède une coupole atteignant une hauteur de 42 mètres, décorée par les frères Mauméjean d’une fresque en trois parties : Ancien Testament (Synagogue), Nouveau Testament (Clovis, Louis XIII et Louis XVI) et le Christ en croix – au centre de la coupole se trouve une représentation de Dieu.

DSCN4683

DSCN4637

DSCN4647

 

DSCN4638

 

DSCN4643

 

DSCN4680

Les travaux sont réalisés par l’entreprise locale Labbaye et Teisseire. Elle prolonge l’ancienne chapelle du château du Duc Louis II de Bourbon avec laquelle elle communique.
Les décorations intérieures et les vitraux (achevés en 1933) sont dus aux frères Mauméjean.

DSCN4674

DSCN4660

 

DSCN4657

La coupole extérieure est surmontée d’une vierge, à 42 mètres du sol. Le 25 août 1956 le clocher de l’église est achevé. Il s’élève à 67 mètres avec sa croix et a nécessité 400 m3 de béton et 80 tonnes d’acier. Il n’est inauguré que le 18 mai 1959.

DSCN2944

L’édifice est inscrit aux Monuments Historiques le 13 août 1991.

– Chapelle de l’hôpital des architectes Coquet, Barrody et Percilly, érigée en 1887 pour doter le nouvel hôpital d’une église.
– Le temple protestant voit le jour en 1913. Il est érigé par Samuel Henriquet, avec un style néo-gothique (rue Max-Durand-Fardel).
– La Maison du Missionnaire, rue Mounin, de 1922, a été reconstruite en 1931 dans sa forme actuelle. Elle est fondée par le R.P. Henri Watthé, ancien missionnaire en Chine, pour accueillir les missionnaires malades. Typique avec son architecture années 1920, coiffée d’un toit-terrasse en forme de pagode, elle abrite une structure d’hébergement et de restauration, à proximité des établissements thermaux. Elle dispose d’un oratoire, d’une bibliothèque, d’un réfectoire et d’une terrasse dominant la ville, ainsi que de la Chapelle des Missions de Vichy, avenue Thermale.

Des bâtiments sont construits pour les loisirs. Ainsi du stade équestre construit en 1887 et en 1888 par Jean Décoret (rue Jean-Jaurès) pour accueillir le concours hippique du Sud-Est qui se déroulait auparavant à Lyon. Des concours de saut d’obstacle et des courses de lévriers y ont encore lieu.

Plusieurs hôtels de la période subsistent :
– Le Thermal Palace (Aletti Palace actuel) situé sur la place Aletti est dû à l’architecte René Moreau.
Construit entre 1908 et 1911, il accueille le commandant en chef des forces militaires et une partie du secrétariat d’État à la guerre.

DSCN3689

DSCN3688

-À proximité, la rue de Belgique dans laquelle se trouve la Villa Vénitienne.

DSCN3694

-Palais du Parc, au 15 Bd de Russie (Ex Hôtel Ruhl).

DSCN3680

DSCN3685

DSCN3684

– L’hôtel des Ambassadeurs, de style néo-Louis XIII, est lui aussi situé place Aletti, est occupé par le corps diplomatique français entre 1940 et 1944, ainsi que l’Hôtel du Parc, réaménagé en appartements.

-Hôtel Le Parc.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

DSCN2945

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

– L’Hôtel Europe

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

D’autres types de bâtiments datent de la période 1861-1944 :
– La sous-préfecture, sise au croisement de la rue Alquié et de la rue Prunelle est construite à la fin du XIXè siècle. Vichy devient sous-préfecture de l’Allier le 28 août 1941. Près de là se situe la résidence du sous-préfet de l’Allier, construite en 1896 par Henri Décoret, de style néo-classique.
L’hôtel de ville est de l’architecte Antoine Chanet. Sa construction, commencée en 1913, s’interrompt lors de la Première Guerre mondiale, pour ne s’achever qu’en 1925. Le ministre de l’intérieur, Albert Sarraut, est présent le jour de l’inauguration, le 2 septembre 1928. L’édifice est de style néo-Renaissance et dispose d’un escalier monumental.

DSCN2880

L’hôtel des Postes est construit en granit en 1935 place Charles-de-Gaulle. Il est l’œuvre de Léon Azéma, qui a auparavant construit d’autres bâtiments pour les PTT ainsi que l’ossuaire de Douaumont. Sa façade est proche de celle du Conseil économique et social à Paris. Son standard téléphonique performant a contribué à décider le gouvernement français de se rendre à Vichy en 1940.

DSCN2881

– Les halles centrales datent de 1935. Construites en béton par Mazon, elles sont inaugurées avec l’hôtel des postes par le ministre des Finances, Marcel Régnier, le 23 octobre 1935.

Après la Seconde Guerre mondiale :
À partir des années 1960, le maire Pierre Coulon lance un programme de constructions qui donne à la ville son aspect actuel. De nouveaux quartiers sont construits tandis que l’Allier est aménagé pour réaliser un lac de retenue destiné aux loisirs.
– Le barrage de l’Europe en béton, faisant office de pont, date de 1963. Il se compose de sept passes de 30 mètres de long chacune.
– La rotonde du lac est bâtie la même année par l’architecte Louis Marol, en béton. Il s’agit d’un restaurant de plan circulaire construit sur l’Allier même. Elle est rouverte en 2009 après changement de propriétaire.
– L’église Sainte-Bernadette des Garets est inaugurée le 16 avril 1967 par Mgr Bougon. Outre la particularité d’être dotée de sept cloches provenant de la paroisse de Montgolfier en Algérie (rapatriées par M. et Mme Meyer), elle possède une Vierge en bois pétrifié. En 2005, deux toiles murales de Josette Bournet sont installées de part et d’autre de la porte d’entrée. Représentant une « Crucifixion » et une « Piéta », ces toiles de grandes dimensions ont été réalisées en 1961 pour répondre à une demande du chanoine Côte qui souhaitait orner l’église de Saint-Louis à Vichy.

Diversité architecturale.

Mélange de styles non loin de l’Hôtel de ville !

Un détail de l’immeuble de l’actuel Monoprix.

Le passage Giboin, une entrée face à l’église Saint-louis, l’autre accès rue du Président Wilson.

DSCN2906

DSCN2915

Passage de l’Opéra, entre les rues Clemenceau et Président Wilson.

DSCN2910

DSCN2914

Façade d’une boutique donnant rue Pt Wilson.

Quelques marquises modernes !

../..

Patrimoine culturel
L’UNESCO a inscrit Vichy le 7 juillet 2014 sur la liste indicative du patrimoine mondial dans la série « Grandes villes d’eaux d’Europe »

(Extraits de textes provenant d’anciens guides Michelin, de parutions régionales et de Wikipédia)

Et d’autres photos viendront compléter cet article, au fil de mes balades. Un article en mouvement…

5 réflexions sur “VICHY, un peu d’histoire et d’architecture

  1. Très intéressant résumé de l’histoire de la ville de Vichy et dans lequel j’ai appris beaucoup de choses. Attention il s’agit de l’Etablissement Callou (les bains Callou actuellement) et non Caillou…
    Bernard Paput.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :