La Chabanne,un village bien en vue.

Situé sur le versant ouest des Monts de la Madeleine, c’est de beaucoup d’endroits qu’on aperçoit ce village, perché comme une sentinelle avec son clocher comme un étendard. C’est une première approche que je propose ici car j’y reviendrai…

DSCN1838

Voici un petit résumé historique,  rédigé après avoir glané et picoré sur quelques sites locaux.

LA CHABANNE : C’est ici que passait, au XVè siècle, la frontière de province entre l’Auvergne et le Bourbonnais. Après la révolution, de nombreux prêtres réfractaires trouvent refuge dans la région ce qui explique une forte implantation religieuse.
En 1836, une église est édifiée pour les « villages » de l’actuelle commune. La paroisse est érigée en 1844 par la nomination d’un curé et c’est en 1846 que le presbytère a été construit.

DSCN1809

DSCN1802


L’église Notre-Dame, édifiée par les architectes Frédétat et Gressy, a d’ailleurs dû être agrandie peu de temps après le début des travaux ; elle a été terminée en 1885. Elle est de style néo-gothique, avec un transept saillant et une abside à cinq pans. L’originalité de l’église réside dans son décor mural de papiers peints, commandés par l’abbé Mercier dans les années 1933-1935, pour présenter aux paroissiens un véritable catéchisme en images.

DSCN3475

DSCN3457

DSCN3456

DSCN3461

DSCN3470

DSCN3459


La commune de La Chabanne est de création récente. C’est le 5 décembre 1849, qu’elle a été constituée par réunion sur son territoire de divers villages appartenant précédemment aux communes voisines de Saint-Clément, de Laprugne et de Saint-Nicolas-des-Biefs.
La commune possède de nombreux petits hameaux dont les plus connus sont Aurouer, Brunard ainsi que Périasse. Chaque hameau possède une croix (symbole de la religion catholique), toutes ces croix sont affichées dans l’église.
Le territoire communal est traversé du sud au nord par la Besbre qui serpente dans une large et profonde vallée. Cette rivière, majeure en Montagne Bourbonnaise, reçoit en rive droite, les eaux d’un affluent : le Sapey.
C’est le long des rives de ces deux cours d’eau que les hommes vont construire moulins et scieries et utiliser la seule énergie à leur disposition : l’énergie hydraulique.

À suivre…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :