Le Domaine Royal de Randan

Adélaïde d’Orléans (1777-1847), sœur et conseillère du roi Louis-Philippe (1773-1850) est l’âme des lieux qu’elle acquiert en 1821. En dix ans elle fait agrandir, restaurer et meubler le château. Elle y fait construire des dépendances et créer le parc paysager, sous la direction de l’architecte Pierre Fontaine (1762-1853), premier architecte du royaume. 

dscn6062

Madame Adélaïde.

À la chute de la Monarchie de juillet (1848) Randan connait de nombreuses vicissitudes, Napoléon III promulgue des décrets interdisant aux Orléans de posséder des biens en France. Antoine d’Orléans (1824-1890), duc de Montpensier, héritier de sa tante Madame Adélaïde, vend fictivement le Domaine de Randan et fait transporter dans son palais de Séville l’essentiel de son mobilier. Mais à la fin du XIXè siècle, le Domaine renait grâce à la comtesse de Paris (1848-1919), sa fille, qui l’entretient et le modernise.

dscn6064

Antoine d’Orléans et Louis-Philippe.

C’est son fils cadet Ferdinand d’Orléans (1884-1924), duc de Montpensier, qui hérite de Randan. Décédé peu après, sa veuve voit le château ravagé par un incendie (1925) et fait transporter dans son hôtel particulier de Madrid une part importante du mobilier sauvé du sinistre.

dscn6050

À Randan, la duchesse de Montpensier conserve une autre part du mobilier pour aménager une habitation dans l’enceinte du Domaine tandis que les surplus d’objets et les animaux naturalisés vont s’entasser dans les dépendances. À sa mort, en 1958, la duchesse lègue sa propriété d’Auvergne à José-Maria de Huarte, son second mari. Les héritiers de ce dernier mettent en vente les collections en 1999.

Ce sont les collectivités locales et l’état qui se mobiliseront pour sauver le dernier Domaine royal et le rendre public. Le Conseil régional d’Auvergne devient seul propriétaire en 2003 et engage des travaux importants de réhabilitation.

C’est par une chaude journée du mois d’août que j’ai découvert ce lieu. Visite écourtée par un long et violent orage ! Il faudra y revenir pour visiter certains bâtiments et profiter un peu plus du parc qui était en partie interdit, dans la crainte de chutes possibles de branches… Mais ce fut une bien intéressante première visite.

dscn6023

La chapelle, l’aile des cuisines et les ruines du château.

dscn6025

dscn6036

dscn6039

L’orage arrive…

dscn6038

L’église de Randan, longée par le jardin de l’orangerie et les serres.

dscn6046

L’orage nous a permis de passer du temps dans « la maison de l’inspecteur », bâtiment d’accueil, situé à l’entrée du Domaine dans lequel sont exposés le mobilier, les tableaux et les sculptures de la collection.

dscn6063

dscn6052

dscn6056

dscn6053

Porcelaine de Sèvres.

Dans une vitrine, un ensemble de moulages des statuettes caricaturales de Jean-Pierre Dantan (1800-1869) contemporain d’Honoré Daumier qui fit lui aussi beaucoup de caricatures d’hommes politiques…

dscn6057

 

De dos, Liszt !

dscn6059

La pluie tombe toujours, en route pour une autre visite régionale…

../..

Une réflexion sur “Le Domaine Royal de Randan

  1. Château très intéressant que je ne connaissais pas, bien que ma fourragère me fût remise dans le parc du château il y a de ça quelques nombreuses années 😉 Le parc est magnifique et les arbres majestueux…

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :