Première balade d’automne

Sur les hauteurs du village de Charrier, au loin, des immeubles forment une barrière devant le village de Laprugne, comme un moderne rempart, il s’agit de la Cité Cordat. Construite à la fin des années 50, alors que les mines d’uranium de Saint-Priest-Laprugne allaient devoir employer un grand nombre d’ouvriers. Les mines n’existent plus depuis 1980, mais les bâtiments sont restés et ont été rénovés, mais jamais livrés.

dscn6464

Vue sur Laprugne prise d’un chemin forestier au dessus du village de Charrier. Les éoliennes bien visibles suivant le tracé du Chemin de la Ligue.

Petit rappel historique d’une affaire bien embarrassante :

Des appartements qui auraient dû être livrés dès 2006. Mais, entre temps, le constructeur a fait faillite et les appartements sont, depuis, laissés à l’abandon.
Tout commence en 2003 lorsqu’est lancée la commercialisation de leur logement. Des appartements construits dans une ancienne cité minière et destinés aux touristes, condition nécessaire pour bénéficier de crédit d’impôt.
166 lots sont donc vendus entre 2004 et 2008, avec une livraison prévue… pour les premiers logements en 2006.
Et justement, les premiers signes d’inquiétude apparaissent cette année là. Retard dans les livraisons, malfaçons, travailleurs illégaux, … pire encore, le promoteur immobilier met la clé sous la porte en 2010, son gérant décède l’année suivante.
Et aucun logement n’est livré… Pourtant, ceux qui ont investi doivent, malgré tout, payer leur emprunt sans qu’aucun loyer ne rentre.
Pour certains, depuis 2004. Des échéances mensuelles variant de 700 à 1500 euros selon les cas, des sommes qui ont mis en grande difficultés la plupart des propriétaires.
Pour la majorité d’entre eux, ils ont donc demandé devant les tribunaux, la résolution ou l’annulation de leur contrat de vente. (D’après un texte produit par FR3 Auvergne).

dscn6474

 

 

dscn6473

dscn6488

dscn6485

En haut à gauche Laprugne, à droite et ci-dessous, Charrier.

dscn6486

dscn6472

Coquilles vides…

../..

Une réflexion sur “Première balade d’automne

  1. Ce qui est inquiétant dans cette histoire, c’est de voir peu à peu ces bâtiments se dégrader et abîmer encore un peu plus le paysage. Et dire qu’il y a des gens qui ne trouvent pas de logement. L’Etat pourrait peut-être les réquisitionner en versant aux propriétaires un loyer ? Le problème est délicat et très compliqué.
    D

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :