Balades estivales en Bourbonnais…. Et ailleurs ! Septième étape : Le château de Caradeuc

fullsizeoutput_154e

Le Mans est derrière nous. Nous voici arrivés dans la région de Rennes, en visite dans le parc du château de Caradeuc.

En 1724, Anne-Nicolas de la Chalotais, parlementaire breton, pose la première pierre du « Château des Hauteurs ». Louis XVI érige le domaine de Caradeuc en marquisat en 1776. À la Révolution, l’ensemble est vendu en bien national à un sabotier qui s’empresse d’abattre les hêtres pour la fabrication de ses sabots ! Il est racheté par la femme du fils aîné de Louis-René de Caradeuc. Deux générations plus tard, la famille de Caradeuc s’éteint avec la mort de Marie de Caradeuc. Son époux, le comte Alfred de Falloux, transmet le domaine à l’arrière petit-fils de Louis-René  (vous me suivez ?…).

Durant la première guerre mondiale, il sert de lieu de convalescence aux blessés bretons. Au cours de la seconde guerre mondiale, les soldats allemands campent dans le parc, leurs officiers s’installant dans le château.

Caradeuc appartient toujours aux descendants de Louis-René de Caradeuc.

À l’entrée du parc une inscription , « Amicis patens fores » qui signifie :

Aux amis les portes sont ouvertes.

fullsizeoutput_1551

 

DSCN3552

Au dessus du péristyle, un blason aux armes Caradeuc et la devise de la famille :

« Arreste ton cœur ».

fullsizeoutput_1552

 

fullsizeoutput_1553

 

DSCN3565

DSCN3556

Buste du procureur général Louis-René Caradeuc, marquis de la Chalotais.

DSCN3568

Diane chasseresse.

DSCN3571

Statue de Jeanne d’arc …!

DSCN3575

DSCN3578

Statue en bronze (1913) du comte Alfred de Falloux, ministre de l’instruction sous le président Bonaparte (futur Napoléon III), époux de Marie de Caradeuc.

fullsizeoutput_1556

Un putto vendangeur.

fullsizeoutput_1559

Protégé par un « tholos » (dans la Grèce antique c’est une construction monumentale de forme circulaire), Zéphyr, dieu des vents d’ouest. Statue en bois.

DSCN3585

fullsizeoutput_155b

La façade du château donnant sur une vue panoramique de la Haute Vallée de la Rance.

fullsizeoutput_155a

 

fullsizeoutput_155f

Deux corbeilles en granit provenant de l’ancienne prison de Rennes,  le dieu Pan, protecteur des bergers, et deux sphinges (sphinx féminins), sont les éléments décoratifs qui animent la balustrade de la terrasse.

Mais au loin, au bout d’une sombre allée d’arbres, une grande statue attire l’œil. Prêt de la ville de Rennes, elle représente Louis XVI ouvrant les États Généraux. Commandée au sculpteur Molchenet en 1826, elle ornait une niche de la façade de l’hôtel de ville. Elle a été installée dans le parc en 1950.

DSCN3602

 

DSCN3612

C’est avec cette dernière découverte que la visite s’achève. Un lieu très intéressant et agréable où la flore et la faune sont protégées. 

L’intérieur du château ne se visite pas.

…/…

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :